Accueil > Fils de discussion


Préparation de la rentrée universitaire

3 juin 2020

Un communiqué de presse du MESRI a été envoyé le 2 juin à la suite de la publication du décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 « prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19… ». Le dernier paragraphe annonce que « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée ». Malgré l’usage d’une réserve et d’un conditionnel qui en vide l’essentiel de sa substance, ce dernier paragraphe devrait tous nous réjouir en permettant d’envisager une rentrée plus sereine, avec davantage de cours en présentiel. La richesse de l’université repose sur des campus animés et vivants, favorisant des interactions fructueuses entre enseignants et étudiants, entre enseignants et entre étudiants. C’est cette conviction qui a conduit l’université de Caen Normandie à rouvrir l’accès aux unités de recherche dès que cela a été possible et avant la plupart des autres établissements en France.

Cependant, le rapprochement du décret (signé par le MEN mais pas le MESRI) et du communiqué de presse montre une nouvelle fois que les indications du MESRI ne sont pas suffisamment fiables pour nous permettre à elles seules la préparation de la rentrée universitaire. Ainsi, le décret prévoit que « l’accueil des usagers …. est autorisé aux seules fins de permettre l’accès … aux bibliothèques » alors même que le discours du MESRI jusqu’à présent était que les BU ne seraient ouvertes aux étudiants qu’à la rentrée prochaine. Plus problématique encore, le communiqué de presse du MESRI traduit cette mesure de manière excessive par « les bibliothèques … seront intégralement rouvertes » ce qui est impossible à réaliser immédiatement dans le respect des consignes sanitaires (voir le communiqué de l’ADBU). Néanmoins, le travail est d'ores et déjà engagé afin d'ouvrir à nouveau à la communauté universitaire certaines bibliothèques et espaces de travail tout en assurant un accès indirect le plus étendu possible à la documentation proposée par l'ensemble du réseau.

Le 03 juin, le MESRI publie un rectificatif de son communiqué de presse en précisant dorénavant que « L'incertitude relative à la situation sanitaire qui prévaudra durant le premier semestre de l'année 2020-2021 conduit toutefois à en projeter l'organisation dans le respect des consignes sanitaires actuelles. Pour cette raison, les établissements doivent prévoir des enseignements en distanciel et/ou en présentiel dans une mesure et selon des modalités qu'il leur appartiendra de déterminer et qui leur permettront d'anticiper une éventuelle dégradation des conditions sanitaires ».

En l’absence de consignes précises du MESRI, il appartient donc à l’université de Caen Normandie de prévoir au mieux les conditions de la rentrée universitaire. Plus que jamais il est indispensable que la réflexion entamée le 18 mai 2020 se poursuive, pour ne pas être pris au dépourvu quelle que soit la situation, de la plus favorable à la plus défavorable, sur le premier semestre. Ce travail d’évaluation des possibles, mené avec les équipes et qui sera discuté chaque semaine avec les directeurs de composantes, se doit d’aboutir à une organisation facilement modulable et adaptable permettant un retour à des conditions normales d’enseignement présentiel dès que possible.
Cette réflexion a fait l’objet d’une note de cadrage qui comprend particulièrement l’hypothèse d’une réduction de 80% de l’enseignement présentiel. Celle-ci doit être considérée comme la plus contraignante à laquelle nous pourrions être confrontés et repose sur :
  • les règles de distanciation physique actuellement en vigueur (en particulier pour les concours) et qui ont été annoncées comme devant toujours s’appliquer à la rentrée ;
  • un taux d’occupation des locaux identique à celui de cette année ;
  • des plages d’enseignement identiques à celles de cette année.
Toute variation de ces éléments (assouplissement des règles de distanciation ; application de mesures correctives « logistiques », e.g. équipement des salles plates avec tables individuelles ; augmentation du taux d’occupation – facilement réalisable sur certains campus, élargissement des plages d’enseignement) conduit à une augmentation du taux de présentiel de ce « scénario du pire ».

S’agissant d’une hypothèse de travail, rien dans la note n’indique que ce sera effectivement le taux qui s’appliquera à la rentrée ; elle doit néanmoins inciter à la réflexion. A ce stade seule la première étape de cette réflexion a été fixée et il s’agit, pour le 8 juin, « d’analyser les différentes Unités d’Enseignement ou Eléments Constitutifs au regard des modalités qui pourraient être mises en œuvre et de préciser :
  • la part à maintenir en présentiel, en CM, TD et TP (0 à 100%) ;
  • dans le cas où les enseignements de la maquette seraient intégralement prévus en distanciel, le volume des temps de médiation ou de remédiation. »
Cette analyse doit prendre en compte, en premier lieu, la faisabilité et la pertinence pédagogique de l’adaptation. Depuis la rédaction de la note, un travail plus précis (non encore achevé) portant sur les locaux montre qu’une grande partie des TP pourra continuer à être assurée en présentiel.

Cette réflexion doit permettre la définition des moyens dont l’université aura besoin pour assurer sa mission d’enseignement dans les meilleures conditions de réussite pour ses étudiants. Si, malheureusement, la rentrée ne pouvait se faire dans les conditions habituelles, cela ne pourra être à moyens constants. Autrement dit, ce travail d’évaluation des possibles est également mené dans le but de montrer au Ministère qu’une application des normes de distanciation actuelles n’est pas tenable à la rentrée, tout du moins pas sans un accompagnement conséquent en moyens nouveaux.
Parce qu’elle repose sur le recueil des possibles auprès des équipes pédagogiques, administratives et techniques, la réflexion sur les conditions de la rentrée universitaire est plus que jamais nécessaire.

---------------------------------------


Seules les personnes disposant d'une adresse de messagerie @unicaen.fr (PersoP@ss ou EtuP@ss) peuvent réagir à cet article.

Votre commentaire

Télécharger la page

Dernière modification : 3 juin 2020


FLUX RSS

S'abonner au flux UNICAEN Campus-infos

UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5